Produits industriels

Produits industriels

Couches soudables

Ouvrir

Revêtements soudables pour la fixation de composants optiques en saphir et en verres techniques (endoscopie, télécommunication, laser)
Par rapport aux techniques de fixation conventionnelles, telles que serrage, vissage ou bridage, utilisées au moyen de dispositifs adéquats, le brasage (soudage) de composants présente certains avantages:

  • La fixation ne requiert aucun composant mécanique supplémentaire
  • Le système soudé est étanche aux fluides et aux gaz
  • Il est en grande partie exempt de contraintes

Par rapport au collage, le brasage se caractérise par sa résistance thermique nettement supérieure et son aptitude à l'autoclavage.


Structure d'une couche soudable en saphir, YAG ou verre minéral
L’assortiment de couches soudables est constitué d'une assise d'adhésion au substrat, d'une couche barrière anti-diffusion et d'une couche de protection mouillante. La couche barrière empêche que les couches métallisées s'allient au cours du brasage. L'épaisseur des couches dépend du type de métal d'apport, de la température de brasage et des matériaux à assembler (coefficients d'expansion thermique). Outre la qualité du revêtement, la propreté des surfaces est déterminante pour assurer l'adhérence des couches soudables.
Des couches soudables peuvent être déposées par PVD ou en combinaison avec la ligne galvanique.
Blösch SA propose en tant que produits standards les couches suivantes:

  • Cr/Cu/Ni/Au et Ti/Au pour alliage d'apport AuSn (80/20)
  • Cr/Cu/Ni/Sn pour alliages d'apport Ag/Sn
  • Autres combinaisons sur demande


Caractéristiques techniques des couches soudables

Adhérence sur la pièce en verre: > 10 N/mm2
Autoclavage de la métallisation sur saphir: > 300 cycles
Résistance thermique: minimum 400 °C (en fonction du temps de brasage)

 

Galvanisation

Ouvrir

Des couches de métaux précieux sont abondamment utilisées dans la technique médicale et la métrologie. Une épaisseur de couche au-dessus de 2 µm ne peut être réalisées que par voie galvanique! Des techniques de recouvrement et de masquage spécifiques permettent aussi le revêtement sélectif des composants. En combinaison avec des procédés de revêtement PVD, il est également possible de plaquer des matériaux non conducteurs, tels que la céramique et le saphir.
Une technologie propre à Blösch SA permet de revêtir les billes d'un roulement à billes, de couches d'argent galvanique à l'échelle nanométrique. Les émissions de bruits du roulement s’en trouvent ainsi éliminées.

Revêtement antireflet de lentilles cylindriques

Ouvrir

Les lentilles cylindriques sont utilisées en quantité considérable dans l'industrie de la télécommunication pour le couplage et le découplage de la lumière laser dans des fibres de verre et pour la connexion optique de deux fibres de verre. Les billes sont usinées dans du verre optique (p. ex. BK-7), du saphir, des verres au lanthane, etc. Les lois de l'optique sont également applicables dans ce cas et il faut savoir qu’à chaque passage du rayon lumineux (de l'air à un milieu gazeux et vice-versa), une partie de la lumière est réfractée. Afin de réduire les pertes du flux lumineux, les lentilles cylindriques sont munies d'un revêtement antireflet (AR). Dans les procédés de revêtement conventionnels, le revêtement des billes est réalisé au moyen d’un porte-outil par dépôt (évaporation) sous vide poussé (PVD). La bille n'est ainsi que partiellement revêtue et doit ensuite être installée dans l'optique de manière contrôlée, avec positionnement. Il convient d’autre part d'observer que ces procédés ne sont applicables qu’avec des billes d’un ø supérieur à 1.5 mm.
Blösch SA a éliminé ces désavantages en développant un procédé propre. Le revêtement est réalisé sur toute la surface de la lentille cylindrique, et le ø mini peut aller jusqu’à 0,35 mm.

Couche antireflet et antirayures SINI

Ouvrir

Les couches antireflet conventionnelles par dépôt (évaporation) sous vide poussé ont certes d'excellentes caractéristiques antireflet, mais leur résistance aux rayures est faible. Ce qui est bien entendu un désavantage pour des verres de montre ou des lecteurs à codes barres en saphir, soumis à des sollicitations mécaniques. La couche AR SINI® élimine ce désavantage. Outre un excellent effet réducteur de réflexion sur du saphir et du verre minéral, la résistance aux rayures de la couche SINI® est similaire à celle du saphir.
 

Prestations de marché
Afin de vous proposer le meilleur service possible, ce site utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.